Portrait de Pierre, consultant indépendant

portrait de pierre consultant indépendant

Ce n’est qu’en 2006 que Pierre est passé aux Ressources Humaines, avec une solide expérience en management dans des groupes internationaux et de nombreuses fonctions (contrôle de gestion, logistique, gestion de projets, …). Durant 13 années aux opérations RH sur le terrain, Pierre a développé une réelle expertise de HR Business Partner (exercée dans plusieurs pays d’Europe) et de DRH, expertise qu’il déploie depuis à son compte. Pierre n’a plus quitté depuis le terrain des RH et de l’accompagnement humain qui le passionne.

Pourquoi devenir indépendant ? 


J’avais besoin de liberté de parole et d’action, la position de DRH en tant que salarié implique trop souvent de devoir tenir un discours « politiquement correct ». J’avais aussi l’impression d’avoir fait le tour du poste, que je n’apprenais plus. J’avais envie de découvrir de nouvelles choses mais je voulais garder la maitrise de mon métier (les RH). Je m’étais lancé une première fois comme entrepreneur en 1998, un essai qui n’avait pas abouti, j’avais donc très envie de « remettre le couvert » et le choix de devenir consultant indépendant s’est imposé.

Comment se lancer en tant qu'indépendant ? 


J’ai pris le temps de me préparer (1 an) et notamment  de réactiver mes réseaux (comme Emmanuel l’explique dans son livre). Pas mal de déjeuners et de soirées de réseautage, pour faire des rencontres, tester mes idées sur mon offre, … puis 3 mois avant de quitter mon poste de salarié j’ai commencé à prospecter.

 Je n’envisageais pas de rester isolé, j’ai donc fait le choix à l’époque de rejoindre le réseau FINAXIM et je ne le regrette pas. Ensuite j’ai créé simplement une SARL, accompagné par un expert-comptable pour simplifier et minimiser mon administratif.

C'est quoi être consultant indépendant ?


Dans le domaine du temps partagé, c’est être capable de mener de front plusieurs missions à la fois. Et il faut avoir conscience que cela peut générer des contraintes :

  • être suffisamment agile pour passer d’une mission à une autre :exemple d’une semaine où je suis DRH lundi et mardi dans l’industrie, le mercredi dans une boite de conseil, je donne un cours le jeudi et je fais du coaching le vendredi … et chacune de mes semaines sont aussi peu banales !
  • être interpellé sur des sujets que l’on n’avait pas forcément encore rencontrés , par exemple : en tant que DRH je n’avais jamais eu à gérer de grève … or je l’ai fait chez un de mes clients ou j’interviens en temps partagé ; autre exemple, celle de la négociation d’un accord sur le droit d’auteur, sujet nouveau pour moi (même si j’ai l’habitude de négocier des accords). Lorsque l’on est indépendant on apprend tout le temps !

 Me concernant j’interviens sur 3 domaines:

  • DRH en temps partagé (des missions opérationnelles comme lorsque j’étais salarié),
  • coaching professionnel pour accompagner des managers, comités de direction, … (je suis certifié coach ICF et Agophore)
  • formations en RH et en management.

Des conseils pour démarrer comme consultant ou formateur indépendant ? 


  • Quel que soit votre spécialité, ne négligez pas votre activité commerciale, surtout au lancement. Ne faites pas l’erreur de penser que vous êtes un professionnel reconnu et qu’il vous suffit d’attendre des missions, il faut aller au contact. Ce n’est qu’ensuite que le bouche à oreille fonctionne, si on l’entretien bien.
  • Je m’aperçois avec le recul que certains clients mettent 1 an avant de passer du premier contact à la commande.
  • Optez pour des offres compatibles, et sur lesquelles vous apportez évidemment une expérience forte. Certains de mes clients me demandent d’intervenir pour former leurs managers puis me gardent comme DRH en temps partagé. Certains dirigeants que je coach me font ensuite intervenir sur des formations ou des missions RH plus opérationnelles… C’est une vrai force, et du temps d’économisé sur la prospection 
  • Restez agiles, mais cloisonnez votre temps pour ne pas vous laisser déborder (surtout si vous gérez un client A et un client B en parallèle). Lorsque vous êtes chez A, ne passez pas vos journées à répondre aux emails et aux appels de B. Cela demande à « éduquer » un peu vos clients, mais ils le comprennent très bien !
  • Soyez concentré et très organisé. Il s’agit d’une vraie gymnastique, on passe d’un client à l’autre, de l’industrie métallurgique à une start-up dans le bio tech, d’une culture française à une anglo-saxonne... C’est très stimulant mais pas toujours simple.
  • Restez humble. Vous serez sollicités car vous amenez une expertise que tout le monde n’a pas, mais en retour on attend que vous vous adaptiez très vite ! Le client souhaite qu’au bout de 2 ou 3 journées vous soyez dans son entreprise comme un poisson dans l’eau. Je vous conseille donc d’être à l’écoute de l’équipe, faire attention aux particularités du client, … Ne cherchez pas à réciter votre art mais faites du sur-mesure. C’est la meilleure façon de se différencier des grosses structures de consulting lorsque l’on est indépendant.

Emmanuel

>